Bourgogne 2016 par le Domaine Vincent Girardin

Présentation du millésime 2016

Vignes 

Après un hiver froid durant janvier, le mois de février et mars très chaud pour la saison ont favorisé le départ en végétation précoce avec des craintes importantes de gel sur les jeunes pousses.

Autour du 10 avril, la vigne commençait sa croissance, date anormalement précoce ! Ce qui était fortement craint devait arriver. Les jours du 27, 28 et 29 avril étaient marqués par un épisode de gel aux effets dévastateurs puisque l’ensemble de la côte fut touchée. L’arrêt de la végétation par perte du bourgeon apicale fut alors immédiat entrainant aussi une perte de récolte énorme puisque seuls les raisins nés avant le gel subsistaient. Selon les secteurs, la perte de récolte était estimée entre 30% et 80%. Dans une situation où les stocks étaient déjà très tendus, cette péripétie n’allait pas présager un futur jovial concernant les cours. Après le redémarrage de la végétation mi-Mai, le début de saison était plutôt maussade. Les épisodes de pluie et de beau temps se succédaient jusqu’à mi-Juin.

La plante affaiblie dans son système immunitaire par le gel, en pleine reconstruction, était fragilisée par rapport aux attaques de maladies notamment le mildiou dont la pression était historiquement haute. Cela engendra à nouveau une perte de récolte généralisée par attaque sur les inflorescences et on pensait se diriger directement vers une catastrophe si les conditions météorologiques ne s’amélioraient pas. Mi-Juin « Dame Nature » décidait enfin d’être clémente avec un retour au beau temps et à la chaleur salvateur pour l’état sanitaire de nos parcelles. La pousse pouvait alors se faire en toute quiétude même si la récolte demeurait dans des proportions faibles. Juillet et Aout se déroulaient sous de bons hospices météorologiques avec épisodiquement des passages pluvieux limités permettant de ne pas placer la plante en état de stress hydrique et de favoriser aussi bien l’accumulation des sucres que des précurseurs d’arômes ou de la matière colorante dans les raisins. La vendange débutait le 20 septembre pour se terminer le 3 Octobre. Vendange longue rendue possible grâce à une météo idéale (soleil et journée fraiche) avec de nombreux arrêts pour pallier aux décalages de maturité dûs aux pourcentages de dégâts provoqués par le gel.

Les Vins 

Les blancs et les rouges sont marqués par une belle densité dûe à la faible récolte. Une vendange naturelle en vert s’est effectuée avec le gel et les attaques de mildiou sur inflorescences.

Pour les deux couleurs, les fermentations se sont déroulées dans de bonnes conditions et ont suivi une cinétique correcte. Nous avons privilégié des élevages longs entre 12 mois pour les appellations génériques et 18 mois pour les crus.

Les blancs sont très aromatiques avec une belle netteté, des arômes de fleurs blanches, de minéralité. La bouche est dense avec un bel équilibre et une bonne vivacité résultant d’une bonne quantité d’acide tartrique et malique dans les vins. C’est un millésime au potentiel de garde important même si les quantités ont été très limitées puisque la perte moyenne de récolte pour notre maison s’élève à 40%.

Les rouges sont magnifiques. Les couleurs sont généreuses et très fraiches ainsi que  les arômes. Ce sont des vins typiques du Pinot Noir et de nos terroirs. La fraicheur en bouche est à l’image du millésime et résultant des mêmes causes que pour les blancs. C’est un millésime que nous affectionnons particulièrement dans cette couleur. Là aussi les récoltes sont très faibles puisque le pourcentage de perte s’élève à 55%.

Hits: 13

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *