Millésime 2021 en Rhône par Michel Tardieu

Retour vers le futur !

Cette année 2021 est incontestablement un pied de nez aux derniers millésimes « solaires » qui viennent de défiler dans la Vallée du Rhône.

Véritable flashback d’une trentaine d’années, rappelant typiquement des dates de récoltes plus classiques en calendrier vendémiaire et des maturités phénoliques dignes des années 90…

En effet, ce Millésime nous a réservé en tous points de vue beaucoup d’émotions.

La faute aux conditions météorologiques, particulièrement capricieuses, doux euphémisme ! L’extrême épisode de gel du 7-9 avril, dont certaines températures ont frôlé avec les -10°C, a touché sans exception la quasi-totalité du vignoble français.

Constat cataclysmique : La vigne a été pendant 3 semaines en état de mort cérébrale ! Certains vignerons pensent avoir perdu leur patrimoine ancestral. Miraculeusement la nature reprend ses droits. Mais cela n’est pas sans conséquences.

Les ceps sont profondément basculés voire déséquilibrés. Les repousses sont anarchiques, le travail cultural extrêmement compliqué.

Fort heureusement, les pluies bienfaisantes tout au long du cycle végétatif, les températures modérées sur la période estivale, et la très belle arrière-saison permettent d’aborder les vendanges sereinement. Comme chaque année, la nature décide pour nous. C’est ce qui fait la beauté et la délicatesse du métier. Mais indéniablement, 2021 restera gravé comme un millésime de grand vigneron !

Le Rhône méridional :
Un vrai régal pour les Amateurs ! Les maturités optimales sont atteintes avec 1 à 1,5° degré d’alcool de moins qu’à l’accoutumée.
Les blancs comme les rouges sont superbement équilibrés et offrent de remarquables acidités naturelles. Les vins sont aromatiques, le fruit est flatteur et détaché. Les grenaches pinotent !

Le Rhône septentrional :
Un style que l’on pensait révolu avec peu de puissance et un capital acide soutenu.
Les blancs sont frais, taillés pour la garde, superbes !
Les rouges sont stylés, ils exhalent des notes de poivre et de violette, les tanins sont fins, tranchants, mais d’une extrême facilité. Ils feront plaisir aux adeptes de vins fins.

Hits: 5

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *